thierry micouin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Important !
Vous êtes sur la version simplifiée du site www.thierrymicouin.com

 

Pour consulter la version complète, merci de bien vouloir mettre à jour votre flash player

 

Get Adobe Flash player

Thierry Micouin

«… J’éprouve un intérêt particulier pour la pensée toujours en questionnement de cet artiste, remarquable danseur et vidéaste particulièrement investi dans la recherche et la création..»
Irène Filiberti

 

Après des études de médecine, Thierry Micouin se forme au théâtre puis à la danse, notamment auprès de l’équipe du Tanztheater Wuppertal et de Peter Goss.
Il est interprète pour Philippe Minyana, Karine Saporta, Félix Ruckert, Mié Coquempot, Jesus Hidalgo, Valérie Onnis et Osman Khelili. C’est à l’occasion de la création de Cantieri en 2002, qu’il rejoint le CCNRB et Catherine Diverrès.

 

Cette chorégraphe évidemment, comme Dominique Mercy et Malou Airoudo associés au Tanztheater Wuppertal, sont les trois piliers fondamentaux, fondateurs de son identité de danseur. Ils l’inscrivent dans la spécificité d’un travail ancré profondément, non seulement sur la technique mais aussi sur la perception de l’espace, la matérialisation du temps et l’exploration profonde de la mémoire et de l’imaginaire.

 

Parallèlement à son activité de danseur, Thierry Micouin développe un travail de création et de recherche sur l’image et la vidéo. C’est en 2001, à Palerme en Sicile, lors de la création de la pièce Cantieri de Catherine Diverrès qu’il aborde ce travail sur un plan professionnel. Il réalise Carnet de route, un film témoignant de la nécessité immédiate, pour le danseur et vidéaste, de capter les moments intenses de recherches en lien avec la Sicile, en s’approchant au plus près de ses habitants d’une manière sensitive et sensuelle. Mêlant images de répétitions et d’incursions dans la ville, cette réalisation fut le point de départ d’une recherche artistique fondée sur le récit, le témoignage et là aussi, la mémoire. La terra, une autre réalisation plus lyrique fut incluse dans Cantieri. De même en 2005, Runaway, un film expérimental de trois minutes, fut projeté dans la chorégraphie de Catherine Diverrès,

Alla Prima. En 2004, les deux films, Carnet de route et La terra furent présentés dans

le cadre de la programmation «Vidéo Danse», au Centre Georges Pompidou à Paris et à Séville en Espagne.

 

En octobre 2006, il crée et interprète un premier solo, W.H.O, avec l’aide du CCNRB/Catherine Diverrès. Cette création marque une nouvelle étape dans le parcours de l’artiste.
En 2008, ce spectacle a été présenté dans le cadre de la programmation «Et Moi?» au Théâtre le Colombier à Bagnolet puis lors du festival «Artdanthé», au Théâtre de Vanves.

 

En juillet 2008, Thierry Micouin est invité en Inde par Michel Lestréhan. Il y réalise le film projeté tout au long du spectacle Kalam / terre.

 

En 2009, Thierry Micouin est Lauréat du programme Culturesfrance - Hors les murs (Villa Médicis). Cette même année, à nouveau dans le cadre de «Vidéo Danse» au Centre Georges Pompidou à Paris, sont programmées les captations du solo W.H.O et de L’ombre dans l’eau, spectacle créé en 2008 par Thierry Micouin avec une classe de CM2 de l’école Duchesse Anne à Rennes.

 

En 2010, Boris Charmatz propose à Thierry Micouin d'être artiste en résidence à l'école Picardie à Rennes pour créer avec deux classes de CM2 Le petit musée de la danse.
Il sera également interprète dans la prochaine création de Boris Charmatz, Levée des conflits.



L'association TM Project

Créée en 2008, la compagnie TM Project a pour vocation de faire le pont entre le parcours de Thierry Micouin à Rennes, au sein du CCNRB (Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne) pendant 8 ans et ses nouveaux projets de création.

 

Elle affirme aussi la volonté de l’artiste de transformer son expérience artistique et humaine, reliant la danse et sa recherche sur l’image avec des projets de sensibilisation et de transmission auprès de différents publics.

 

En lien avec cet objectif, Thierry Micouin souhaite poursuivre ses collaborations artistiques déjà existantes et enrichir son approche de l’apport de nouvelles rencontres, tout en fédérant une équipe plus étroitement associée à ses projets.



Créations

Men at work, go slow !

Cette création sera le fruit d’une élaboration en plusieurs étapes, entre deux grandes villes, Paris et New York. La prostitution masculine («escorting») en sera la thématique.

 

Lauréat du programme Culturesfrance/Hors les murs (Villa Médicis) pour l’année 2009, j’ai choisi New York comme ville de résidence pour débuter ce projet, préciser ma réflexion et amorcer concrètement un travail de mise en perspective artistique entre la prostitution et la question du corps et de la performance.

 

J’ai rencontré et filmé à New York 10 escorts. Chaque interview a été réalisée dans leur appartement, leur espace de travail et s’est déroulée en trois temps:

 

• L’interview filmée d’une durée de une à deux heures sur leur parcours, leur choix, leur identité et le lien qu’ils font entre leur activité et la performance.
Le véritable portrait d’un Homme étant son visage, il est filmé en gros plan (close-up) afin de capter l’expression de toute intériorité, toute émotion. Montrer le visage permet également d’éviter l’écueil de la stigmatisation de cette activité.

 

• Me référant aux "Screen tests" d'Andy Warhol j’ai proposé ensuite à chaque interviewé de rester 5 minutes face caméra sans parler. Etre eux-mêmes dans un certain relâchement corporel était la seule consigne.

 

• Une troisième part du tournage était de filmer leur lieu de travail, leur appartement, leur chambre, leurs accessoires.

 

Il était important pour moi de filmer également New York à travers ce sujet. Je me suis essentiellement centré sur la captation d’images masculines de rues, de travailleurs de rue, de ponts, de structures métalliques de lieux publics masculins. Ce film, tel un carnet de route, mêle ces vues de New York, les visages des escorts et leur lieux de travail.

 

Deux formes sont prévues: Une forme performative, une forme installation-vidéo.

 


Forme performative:

 

Présentation d’une étape de travail: 15 octobre 2010
Musée de la Danse - CCNRB - Rennes
Durée envisagée: 50 minutes

 

La scénographie reprendra certains éléments des studios photo ou plateaux de tournage: deux cyclos blancs sur lesquels seront projetés des images, trois projecteurs sur pieds et six téléviseurs seront disposés dans l’espace.

 

Comment s’exposer en tant qu’objet de désir?
La chorégraphie sera inspirée dans sa première partie des photographies d’escorts prises sur différents sites internet. Projections fantasmées du désir masculin pour un autre homme et fortement stéréotypées, ces photographies rappellent certains travaux d’artistes officiellement ou officieusement homosexuels. Les mêmes poses, regards, costumes se retrouvent dans les œuvres de R. Mappelthorpe, D. Hockney, T. Heakins, D. Trullo, D. Michals ....

 

Dans une deuxième partie l’espace sera rempli des voix des escorts et de leurs témoignages.
Un corps seul, celui du danseur, miroir et transmetteur de ces identités multiples. Le cliché d’un corps à louer qui parfois se soumet, se cambre et se révulse.

 

Un travail corporel et plastique utilisant une quantité importante de matière gélifiée est envisagé. Cette matière à forte connotation sexuelle est aussi extrêmement adhérente et glissante. Elle colle mais ne permet pas d'attraper, de s'accrocher, de garder pour soi. Tous ces mots reviennent dans les paroles des prostitués quand ils évoquent la convoitise des clients. Il est fréquent qu'un client tombe amoureux d'un prostitué et désire le garder pour soi, "le sauver". L'intermédiaire de l'argent fait que l'inverse est très rare. Ainsi, le prostitué glisse pratiquement toujours entre les mains du client et ne s'accroche jamais.

 

La bande son sera réalisée par Christophe van Huffel qui dernièrement a participé en tant que compositeur-arrangeur-ingénieur du son à l'album du chanteur Christophe, Aimer ce que nous sommes.

 

 

Forme installation-vidéo:

 

Du 28 octobre au 13 novembre 2011
La Criée - Centre d’Art Contemporain - Rennes

 

Je souhaiterai recréer le décor et l'ambiance bleutée et moite d'un sous-sol de "DVD store" avec ses téléviseurs et ses cabines dans lesquelles s'isolent les hommes pour regarder des films à caractère pornographique en glissant des dollars dans la fente allouée à cet effet.
Sur ces écrans seraient diffusées les interviews. Le public pourrait s’isoler dans chaque cabine et, pour créer une certaine intimité, écouter ces confessions par l’intermédiaire d’un casque.

 

La prostitution ayant une relation évidente avec la performance, l'intervention d'un corps et sa représentation au sein de cette installation vidéo me semble indispensable. Elle souligne cette idée de jeu dont font part les garçons interviewés, cette idée d'un autre je, d'un autre moi et ainsi d'une transformation.

 

 

Conception et interprétation
Thierry Micouin

 

Scénographie et aide à la mise en scène
Julien Jeanne

 

Création musicale
Christophe Van Huffel

 

Création lumière
Alice Gill-Kahn

 

Production
Association T.M.Project

 

Coproduction
Culturesfrance / Villa Médicis Hors les murs
Musée de la Danse - CCNRB - Rennes
La Criée Centre d'Art Contemporain - Rennes
Danse à tous les étages - Rennes.

 

Avec l’aide de
Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Bretagne
Ville de Rennes

 

 

 

Who

La création de cette pièce à Rennes, en octobre 2006, avec l’aide du CCNRB/Catherine Diverrès, marque une nouvelle étape dans le parcours de l’artiste tout en dévoilant la singularité d’une démarche qu’il désire approfondir aujourd’hui.

 

« Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? » Le temps d’un spectacle, Thierry Micouin s’interroge sur la naissance de sa vocation de danseur. «je veux être une fille!» C’est dans le plaisir du travestissement et ce, depuis son plus jeune âge, qu’il décèle aujourd’hui son désir de monter sur les planches et de prendre la lumière. Quand d’autres se rêvent pompier ou policier, le petit garçon qu’il était se projetait en fille sur scène à l’instar d’une Sylvie Vartan dont il prend les traits pour se confier, non sans humour, à la caméra. Sur scène, un écran, à la fois décor et surface de projection est le lieu de la réactivation de ses constructions mentales et de ses fantasmes, mis en résonance avec l’esthétique plastique et musicale de l’époque qui l’a vu grandir, de la musique des Pink Floyd aux couleurs de Mondrian. Corps projetés en vidéo, ombres portées, Thierry Micouin démultiplie et fragmente son image pour mieux interroger et transmettre la violence des stéréotypes de genre qui entravent encore aujourd’hui la quête identitaire des adolescents. Louise Hémon.

 

 

Conception, réalisation vidéo et interprétation
Thierry Micouin

 

A l’image
Bruno Perard, Ilana Micouin, Thierry Micouin

 

Musiques

R. Waters, R. Anthony et G. Gummoe, J. Hendrix

 

Régie générale
Christine Tchepiega

 

Regard extérieur
Julien Fouché

 

Diffusion
• Diffusion en 2008 dans le cadre de la programmation «Et Moi?»

au Théâtre le Colombier à Bagnolet
• Festival «Artdanthé», au Théâtre de Vanves

 

Durée
35 minutes

 

 

 

L'ombre dans l'eau

"Fruit de la rencontre entre Thierry Micouin et des élèves de CM2 de l'école primaire Duchesse Anne à Rennes, l’Ombre dans l’eau est le résultat du travail développé au cours de plusieurs ateliers chorégraphiques.
En utilisant la vidéo comme témoin du rapport des enfants avec l’eau, cette création les engage sur un processus d’écriture collective.
A partir d’un travail autour du mouvement aquatique, les enfants se sont investis dans une recherche chorégraphique. La répétition des phrases dansées fait écho à leur mémoire sensorielle et les apprentis chorégraphes donnent à leurs séquences dansées une intensité surprenante. Les séquences vidéo tournées en piscine produisent une série d’images qui interroge les possibilités du mouvement dans l’eau - accélération, flottaison, immobilité.
"
Elsa Quilliec

 

 

Conception

Thierry Micouin, Valérie Nogue-Hubert et Bruno Leroux

Dans le cadre d’une classe APAC, en partenariat avec le CCNRB / Catherine Diverrès

 

Interprètes
Les élèves d'une classe de CM1 de l'Ecole de la Duchesse Anne à Rennes

 

Production
CCNRB / Catherine Diverrès
Festival Des pieds des mains

 

 

 

Le Petit Musée de la Danse

Le petit Musée de la danse ou comment la danse entre au musée?
Le projet de création d‘un Petit Musée de la danse bute sur un paradoxe, celui de l’éphémère du mouvement confronté à la fixité du musée.
Partant de ce curieux projet de Petit Musée de la danse, Thierry Micouin et les élèves

de deux classe de CM2 de l’école Picardie à Rennes, ont interrogé, au fil de la résidence,

les modes de représentation et d’exposition de l’art chorégraphique en écho avec

les autres champs artistiques.

 

Qu’est-ce qui fait «danse»?
Cette question a été abordée de différentes manières: ateliers de danse, de graphisme, expérimentations sensibles, travail sur l’image et la vidéo, visites d’exposition, lecture d’œuvres, spectacles, recherches documentaires. Une multiplicité de réponse est apparue au fur et à mesure des expériences. Ce faisant, une culture élargie de la danse a été transmise et partagée.

 


Conception
Thierry Micouin
Dans le cadre d’une résidence d’artiste à l’école, en partenariat avec le Musée de la danse

 

Collaboration artistique
Julien Jeanne

 

Interprètes
les élèves de deux classe de CM2 de l’école Picardie à Rennes

 

Production
Musée de la Danse / CCNRB

 

Avec l'aide de
La DRAC Bretagne
La Ville de Rennes
L'inspection académique



Créations vidéo

Pour visualiser les vidéos, merci de bien vouloir télécharger le flash player

 

Cantieri / Carnet de Route

2001, Palerme.
Danseur chez Catherine Diverrès, Thierry Micouin engagé dans la création de Cantieri, a filmé ses impressions au cours d’une résidence de la compagnie à Palerme. Il s’est attaché à décrire la ville et son environnement, ses matières et son architecture. La danse apparaît en de cours inserts où émergent le mouvement et la poétique qui l'animent. Journal de voyage et de création d’une écriture rigoureuse et sensible, ce film interroge la mémoire et le temps,
le mobile et l’immobile.
Irène Filiberti.


Cantieri / La Terra

2001, Palerme.

Au début de Cantieri, la pièce de Catherine Diverrès est projeté un film en noir et blanc qui évoque la poétique du cinéaste Pier Paolo Pasolini. Deux danseurs explosent l’espace des cantieri, courent, s’élancent, se heurtent suivant des trajectoires qui tiennent à la fois de l’élan et du combat, de la recherche d’équilibre et de son contraire. Irène Filiberti.


Kalamterre

Ce film a été réalisé dans le Kérala en Inde du sud avec deux danseurs de la Compagnie Prana pour le spectacle de Michel Lestrehan, Kalam - Terre.
Corps enfouis dans la terre ou flottants sur l’eau, mémoire de vies végétales, animales, danse organique en mutation, ces images mêlent intimement Thanatos et son étrange opposé, Eros.


Madrid

Réalisée en 2008 dans les rues de Madrid, cette fiction préfigure le travail de résidence à New york de Thierry Micouin sur le thème de l’escorting masculin. La caméra suit les déambulations nocturnes du danseur Julien Fouché.


Run Away

Film réalisé en 2005 pour le spectacle de Catherine Diverrès, Alla Prima.
Sur une musique de Eiji Nakasawa, une enfant tourne sur elle même, se coiffe et regarde la caméra. En jouant de manière aléatoire avec la lumière, le corps de l’enfant s’efface ou s’enflamme. A la limite de la conscience, les cendres de ces moments fugitifs ou innocence et féminité sont intimement brouillés vont se disperser et disparaître dans l’espace.



Actualité

Chorégraphe

Conception du Petit Musée de la danse

Présentation le 13 juin 2010 à l’Ecole Picardie à Rennes dans le cadre de l’exposition Brouillon conçue par le Musée de la danse.

 

Men at work, go slow! / Résidence

Résidence de création dans le cadre d’un accueil studio au Musée de la Danse - Rennes
Du 16 février au 26 février 2010
Du 26 avril au 7 mai 2010
Du 14 juin au 25 juin 2010

 

Men at work, go slow! / Ménagerie de Verre

Mise à disposition d'un espace de répétition au sein des locaux de la Ménagerie de Verre à Paris, par l’intermédiaire d’ARCADI du 2 au 7 août 2010.

 

Men at work, go slow! / Présentation d’une étape de travail

au Musée de la Danse à Rennes le 15 octobre 2010.

 

Men at work, go slow! / Résidence

Résidence de création en avril 2011 à Brest - Danse à tous les étages

 

 

Interprète

Encor

Chorégraphie de Catherine Diverrès
Première le 10 septembre 2010 dans le cadre de la Biennale de la danse - Lyon.
Reprise au Théâtre National de Chaillot à Paris du 18 au 20 novembre 2010.

 

Levée des conflits

Chorégraphie de Boris Charmatz
Première au T.N.B. à Rennes dans le cadre de Mettre en scène le 4 novembre 2010.
Reprise au Théâtre de la Ville à Paris du 26 au 28 novembre 2010.



Contacts

T.M. project

3 place du Parlement 35000 Rennes
Tel : 06 60 93 78 14 / 02 30 02 79 06

 

Administration / Lucie Montier

contact@thierrymicouin.com / +33 (0)6 72 76 59 02

 

Thierry Micouin

tmicouin@gmail.com

 

Association Loi 1901Siret: 508 972 817 00011 – Code APE : 9001Z
N° de licence d'entrepreneur de spectacle : 2-1032005

Liens

La Criée / Centre d'Art Contemporain, Rennes

www.criee.org

 

Compagnie Catherine Diverrès

www.compagnie-catherine-diverres.com

 

CCNRB / Musée de la danse

www.museedeladanse.org

 

Julien Jeanne

http://julienjeanne.blogspot.com